Un billet de notre dirigeant sans peur et sans reproche…

Ann m’a demandé de rédiger quelque chose pour notre blogue. Aïe! Mais je ne suis pas un blogueur, moi! Après avoir tergiversé pensant des semaines, Ann m’a agrippé et, si vous ne connaissez pas Ann, et bien, laissez-moi vous dire qu’elle sait user de tous les moyens pour vous convaincre!

On m’a invité à me joindre au Lord Elgin en 2004 et je n’ai accepté qu’après un an. Il m’a fallu tout ce temps pour accepter de quitter le monde des hôtels de grande marque, où quelqu’un d’autre prend les vraies décisions à propos de l’identité de l’hôtel, depuis les messages stratégiques jusqu’aux motifs de la moquette. Toute ma carrière était d’ailleurs fondée sur ça : la marque. J’étais moi-même devenu la marque, car c’est ce qu’il fallait faire pour que moi et les hôtels que je gérais réussissions au sein de l’entreprise et des marchés. Je suis certain que vous comprenez qu’il faut savoir exploiter le système pour maximiser les résultats.

La transition éventuelle vers un hôtel véritablement indépendant imposait un questionnement : l’hôtel était-il toujours pertinent pour son marché? Ses propriétaires étaient-ils prêts à investir les ressources nécessaires dans le réaménagement de la propriété? Les propriétaires étaient-ils engagés à long terme? Me donnerait-on l’autonomie requise pour faire les changements organisationnels nécessaires pour faire de l’hôtel un joueur capé sur l’échiquier national? Est-ce qu’un hôtel indépendant pourrait percer le plafond de verre et rivaliser avec les grandes marques hôtelières qui affirment leur emprise sur le marché? Après avoir fait mes devoirs, je suis arrivé à la conclusion que le Lord Elgin était un géant endormi. Cela étant dit, rien n’est jamais garanti. La réussite n’est pas du tout cuit. Alors la question était : est-ce que j’avais la confiance qu’il fallait pour quitter ces fidèles marques sur lesquelles j’avais confortablement assis ma carrière et était-il temps de prendre un vrai risque et de mettre à profit l’ensemble de mon expérience, de mes connaissances, de mes compétences et de ma persévérance pour guider le Lord Elgin vers l’avenir? Pour moi, c’était un nouveau monde. Travailler sans filet, ni pour moi, ni pour mes collègues. Que défi! Quelle exaltation!

Eh, bien, nous n’avons pas seulement percé le plafond de verre, nous l’avons fracassé! Et quant à rivaliser avec les hôtels de grande marque et leurs grosses machines de marketing, on peut dire que nous rivalisons, tiens! De fait, en octobre 2014, l’hôtel a été reconnu comme Propriété vedette de l’année par Tourisme Ottawa. Le prix est décerné à l’hôtel qui a été reconnu par ses clients comme le meilleur hôtel de la ville. En outre, Trip Advisor nous a décerné un certificat d’excellence en 2014 et en 2015. Dans tous les sens du mot, nous sommes maintenant reconnus comme un hôtel de premier plan dans le marché d’Ottawa. Nous avons, si l’on veut, forgé notre propre marque « Lord Elgin », une marque à laquelle nos associés et nos clients souscrivent cœur et âme.

Je suis extrêmement chanceux d’être à la tête de l’hôtel Lord Elgin, où nous avons créé quelque chose de très spécial pour les associés et, ce qui est encore plus important, pour les clients. Je n’ai jamais regretté avoir quitté le monde des hôtels de grande marque. Au contraire, je suis extrêmement fier du fait que notre équipe de direction et d’exploitation dévouée est purement canadienne!

David Smythe, C.H.A.